Lever vers 5h du mat pour une course au lever du soleil au Vauclin (à l’Est de l’île). Départ 5h30. Il fait déjà assez clair. Nous roulons vite pour ne pas rater la boule de feu s'ériger de la mer ! On voit le village se réveiller petit à petit. Balayeurs, pêcheurs, joggueurs, etc… Il règne ici une ambiance paisible. Difficile de se trouver une épicerie pour du lait !! On fait le tour du bled pour ne dégoter que la boutique de la station d'essence !! Lever du soleil caché par des nuages. Pas de chance. Dommage ! Heureusement que le calme et la beauté des lieux rattrapent le tout ! Nous dégustons du yop au coco et des tartines au beurre et miel sur une table de pique-nique face au bleu. Le vent souffle fort. Des panneaux autour de nous nous font marrer : « seins nus interdits » « ne pas s’asseoir sur les tables » !!

3

Vers 7h ou 8h, la fatigue nous prend ! Xav fait une tite sieste, tandis que Titine se jette à l’eau. Ciel gris, il crachote un peu.  Et toujours autant de vent qu’à l’aube, ce qui rend la baignade presque glaciale !! Revigorant ! La plage est magnifique. Cocotiers, désert, eaux turquoises et plates, fonds blancs et niveau très bas jusque loin loin loin … Ca doit être tip top quand il fait chaud !!

On repart en s’arrêtant un moment au marché. L’animation commence à peine. Les gens font sympa. D’ailleurs, on nous aborde comme jamais depuis notre arrivée en Martinique… Discussion avec une réunionnaise contente de parler à une malgache (elle a reconnu mes traits et mon accent…) (sic ! moi qui me disais que je n’avais pas d’accent…) ! Le vieux pêcheur de la plage intrigué par mes traits métisses me demande d’où je suis ! Des malgaches, il y en aurait apparemment quelques uns ici ! Nous quittons le Vauclin en nous disant que nous reviendrons bien…

11

Le soleil ne veut décidément pas percer. Temps grisâtre, brumeux, crachins, et même pluie. Mais rien ne nous arrête. Nous sommes ok pour faire la rando de la Trace des jésuites, en pleine forêt tropicale humide. Environ 6h l’aller retour. La forêt est très belle, moins étouffante que l’amazonie, avec plus de formes, plus de couleurs, plus de dégradés de vert, plus aérée, moins de géants, beaucoup de fougères, toutes impressionnantes les unes que les autres. Des mousses impressionnantes (lichens) pendent des branches et donnent une ambiance fantômatique à l’environnement. Enormément de boue ne facilite pas la rando… Surtout à xav qui est comme d’hab, en scoubidou (tongs). Il n'échappe pas à quelques chutes, tellement c'est glissant. Otite, mal au crane, rando difficile, boue, il préfère faire demi tour et récupérer Titine en voiture au bout du sentier, de l’autre côté de la départementale.

39

Titine continue donc seule, sous la pluie, jusqu’au bout. Drôle d'effet d'être complètement seule dans une forêt. Trois passages à gué dans une rivière (ça nettoie les baskets boueuses qui font splocht splocht), une bonne grimpette sur la fin (plus de 300m de dénivelé), des vues splendides sur les Pitons, la Pelée, et la canopée subtilement colorée de la forêt de Propreté… Pas une bête, pas une rencontre sur le sentier ! Au bout, le parking. Xav n’y est pas encore. Il pleut toujours et la halte après la marche donne froid, alors je continue par la route en espérant croiser xav et en croisant les doigts pour que je ne me sois pas trompée de direction !! J’étonne les voitures qui tracent et surprends les crabes de forêt qui traversent imprudemment la route.

Baignade de fin d’aprème à l’anse Corps de garde, la plage de Sainte Luce ! Par ici, c’est le secteur des sectes de serviettes à rayures bleues et blanches. Hihi ! En fait, il y a un méga hôtel à côté, et tous les vazaha bé tout blancs viennent ici avec les serviette de l’hôtel ! Au bout d’un quart d’heure à peine, nous repartons. Mauvaise surprise au parking : bris de verres, la vitre de notre voiture de location a été défoncée, tout est mis sens dessus-dessous, et le pire de la surprise, ce sont nos appareils photos volés. « Oh Non !!». Une petite heure chez les flics. Dégoûts. Mais self control !